« 5 raisons de ne pas débuter une recherche par Google »

Ce billet reprend quasi mots pour mots les termes d’un billet paru sur un blog anglophone.

D’une part ça permettra d’avoir accès à argumentaire utile aux quelques réfractaires à la lecture des blogs en anglais, et d’autres  part ça fait bosser la quiche que je suis, sur ladite langue:

  1. Google ne distingue pas le bon du mauvais: il n’y a  aucune vérification des contenus proposées: un site peut être créer par n’importe qui avec des informations erronnées ou falsifiées.  Pour vérifier la validités des informations il faut du temps. C’est dommage, quand vous avez accès aux informations validées sur le portail du SCD de votre université.
  2. C’est une machine qui réalise le classement de Google et son principal critère c’est la popularité d’un site, à savoir le nombre de citation qu’il enregistre, cela n’assure aucunement l’honnêteté ou la fiabilité des sites les mieux classés.
  3. Google renvoie trop de résultats. Avez-vous déjà songé à regarder au delà de la 2ème page? du fait, les résultats les mieux classés sont rappelés encore et toujours, ce qui améliore encore leur classement: le classement « s’auto-alimente ».
  4. Google ne cherche que dans le web visible, il peut être relié aux moteurs de recherche du web profond ou invisible, qui lui regorge de contenus référencés et analysés. Le rapport est de 1 pour 1000 -5000 entre les résultats du web visible et du web invisible… et dans ce web invisible on retrouve quoi? toutes ces bases de données  et bouquets de revues qu’on achète avec attention pour nos étudiants et chercheurs et qui sont protégées par clé d’identification. Problème: Google n’a pas la clé.
  5. et enfin, les sites mis en avant par Google regorgent d’attractions commerciales, pops-ups, liens qui n’ont absolument rien à voir avec les recherches universitaires et viennent simplement les perturber.

Conclusion: la vraie recherche sur Google n’est pas aussi facile qu’on croit.

Mais alors quels outils pour la recherche universitaire? le portail du SCD reste le point d’accès privilégié vers les différentes ressources validées: catalogues de bibliothèques locaux, nationaux et internationaux, bases de données, bouquets de revues et d’eBooks, signets renvoyant vers des bibliothèques numériques, des bases ou bouquets gratuits.

Publicités
Cet article, publié dans Recherche d'information, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s