Changer de site, comment, pourquoi, épisode 2

Pour ceux qui ont raté le début, cette série d’articles vise moins à éclairer les collègues égarés sur le difficile chemin de la gestion d’un site Internet qu’à exposer au monde entier mes états d’âme. Oui je le reconnais, ça a tout de suite moins d’intérêt.

Bref il y a un épisode 1 qui se trouve .

Voulant profiter des compétences de notre service informatique (qui s’appelle i-médias de son petit nom, présent sur le web ici, ou encore ), nous avons rédigé un cahier des charges uniquement pour la partie site Internet de notre futur nouveau site (laissant de côté la partie Opac donc) que nous avons soumis à leur sagacité.

Là d’un coup on va se croire aux Césars car j’ai plein de remerciements à faire. Pour le cahier des charges un grand merci à la BU d’Angers qu’on ne présente plus et qui a eu l’amabilité de mettre son cahier des charges en ligne, ce qui m’a permis de le repomper intégralement m’en inspirer fortement pour mon brouillon, fortement aidée néanmoins par les cahiers des charges d’autres collègues mais qui me les ont passés un peu en loucedé, donc je leur dis merci mais sans les citer. Le document de la BU d’Angers avait cet avantage d’être orienté exclusivement « site web » et pas « portail » englobant tout, c’est à dire l’option que j’avais choisie.

Et puis bien sûr merci aux collègues d’i-médias qui ont pris la peine de relire mon brouillon et de le rectifier pour qu’il soit encore plus beau qu’il n’était déjà.

D’ailleurs, si certains d’entre vous souhaitent voir ce merveilleux document, qu’ils n’hésitent pas à le demander, autant que ça serve.

Et voilà que, coup de tonnerre, I-médias nous propose sur un plateau d’être notre prestataire de service et de réaliser notre site pour nous.

Bon, en réalité, ça ne s’est pas passé exactement comme ça.

Déjà, j’espérais un peu cette proposition, donc ce n’était pas vraiment une surprise.

D’autre part, ce sont pour l’instant deux collègues d’I-médias qui m’ont dit que « ça devrait pouvoir le faire » mais j’attends encore la validation du grand chef, qui lui-même est un peu occupé par tout un tas de choses relevant des éléments de contexte 2. Si vous avez lu ce premier épisode, vous savez que je suis sur le point de partir me la couler douce ; mon plus cher désir serait aujourd’hui d’avoir un accord ferme du grand chef et de pouvoir fixer un calendrier de travail pour la rentrée qui puisse déboucher sur une mise en ligne d’ici la fin de l’année 2012.

Enfin, pour les éléments techniques de la proposition, l’idée serait de nous faire une belle vitrine et de garder pour le moment et jusqu’en 2013 dernier carat notre opac tel qu’il fonctionne actuellement. Belle vitrine qui nous permettrait de fédérer les envies des collègues motivés, qu’ils appartiennent à des bibliothèques intégrées ou associées ; et de répondre aux demandes issues des usagers via notre enquête utilisateur (qui, si tout va bien, devrait faire l’objet de l’épisode 3).

Le logiciel utilisé serait K-Sup, logiciel dont on m’a dit beaucoup de mal lors de cette formation, mais comme je n’ai moi-même pas pensé que du bien de cette formation, j’aurais plutôt tendance à faire confiance à mes collègues d’i-médias qui m’assurent que le CMS répondra à nos besoins. Pour des exemples de sites de BU avec K-Sup, on peut regarder , ici ou . L’intéressant pour nous est aussi de nous inscrire dans une démarche de communication globale de l’Université, puisque plusieurs composantes et laboratoires bénéficient de la prestation d’I-médias pour la réalisation de leur site Internet avec ce même CMS (voir ici par exemple). L’écueil serait de devoir nous plier en 4 et abandonner nos besoins pour nous fondre dans un moule qui ne nous correspondrait pas ; pourtant les avantages d’un tel projet (gratuité + cohérence avec les autres acteurs de l’Université) fait fortement pencher la balance vers cette solution, d’autant qu’un excès d’optimisme me fait imaginer que nous pourrions assez vite être suffisamment autonomes pour adapter le produits à nos usages.

Pour finir ce billet, quatre petits liens vers des thématiques similaires:

– les billets de la BU d’Angers sur la rénovation de leur site web: 3 billets en ligne pour l’instant, ici, et

– les billets du SCD de Clermont sur leurs tests de compatibilité ABNet / Blacklight (qui m’intéressent fortement pour la 2e partie du projet), ici et

un article fort récent répertoriant les sites de BU rénovés

– un billet au vitriol d’un collègue du SCD d’Artois.

Publicités
Cet article a été publié dans le numérique c'est chic. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Changer de site, comment, pourquoi, épisode 2

  1. Ping : Signalement des livres numériques dans le catalogue local #2 | LaFacette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s